Zoom sur l’itinéraire de 7 jours d’Ana Fidelis

Publié le : 11 mars 202210 mins de lecture

Le but de nosvacances était de réaliser plusieurs rêves ensemble : premier voyage en avion, international et en solitaire. Pour rendre cela possible, on a engagé un agent de voyage personnel pour nous aider à acheter les billets et réserver l’hôtel. Tout l’itinéraire était basé sur ses conseils.

Premier jour : Arrivée et visite de la colline de San Cristobal

Les billets ont été achetés sur le site web de Booking et on a voyagé avec Avianca. Bien que ce soit notre première expérience en avion, on a beaucoup aimé la compagnie : bonne nourriture, confort, personnel attentif. On a quitté Guarulhos/SP le 29/12 à 8h55 et est arrivé à Santiago à 12h10. Les montagnes avaient encore un peu de neige, on a donc pu profiter de la vue.

On a changé de l’argent et on a engagé la société Transvip pour effectuer le transfert, à l’aller comme au retour. Dès que vous sortez de l’immigration, il y a déjà un comptoir d’eux. Là, vous montrez le numéro de réservation, qui a été envoyé par e-mail, et effectuez le paiement.

On a séjourné à l’Hostel Che Lagarto (réservé par Booking) qui est situé dans le centre de Santiago. On a opté pour le dortoir partagé pour femmes avec petit-déjeuner inclus. Ils ont du personnel 24 heures sur 24 et ils comprennent le portugais. L’auberge est super propre, a une cuisine à votre disposition, de bons lits et de bonnes chambres. Ils ont aussi des chambres privées, mais on a opté pour le collectif pour se faire des amis.

Après s’être installé à l’auberge, on est sorti pour acheter de l’eau, des choses à manger et la puce du téléphone portable. À l’époque, il y avait une obligation de faire l’homologation. On l’a fait, mais on n’a pas reçu d’e-mail nous informant si cela avait fonctionné, mais on a quand même acheté la puce et cela a fonctionné. La société choisie était Entel, la puce coûtait 1 000 pesos et le plan 3 000 pesos (dont l’internet illimité, 250mb pendant 7 jours). Comme on ne voulait pas se promener avec le téléphone à la main, on a tout fait avec une carte imprimée et on a laissé le téléphone pour les urgences.

On est retourné à l’auberge et on estallé au Cerro de San Cristobal. Près de l’auberge il y a la station Santa Lucia (ligne rouge), là on a acheté la carte – Tarjeta PIB (Conseil : calculez combien vous allez dépenser et rechargez déjà pour faciliter les choses). Le trajet est magnifique, avec une vue incroyable sur la ville. Il était également prévu qu’on visite la maison de Pablo Neruda, mais à la fin de la visite, elle serait déjà fermée. Lorsqu’on a quitté le Cerro, on a repris le même chemin et on a fini par s’arrêter dans l’un des bars de la rue pour dîner.

Deuxième jour : Valparaíso et Vinan del Mar

Dans l’auberge, on a fini par obtenir quelques conseils et on a trouvé une agence qui se trouve dans la gare routière de Santiago.

Ils font le tour des deux villes en van climatisé, mais vous allez à Valparaiso et revenez à Santiago en Turbus. Lorsque vous arrivez à la gare routière de Valparaiso, il y a un comptoir de l’agence, là vous montrez le reçu et montez dans le van. J’avoue que j’avais un peu peur que quelqu’un m’attende vraiment à la gare routière, mais on a décidé de prendre le risque. La visite est guidée et elle s’arrête pour que vous puissiez descendre et prendre des photos. Cependant, j’y suis allé le pire jour de l’année, car c’était près de la veille du Nouvel An, tous les Chiliens descendaient pour voir les feux d’artifice, donc la ville était très bondée et avec beaucoup de trafic. Il a fallu beaucoup de temps pour se rendre sur les lieux et la visite a été endommagée, nous avons vu peu de maisons dans les collines et le musée Pablo Neruda a été supprimé. L’agence nous a emmené déjeuner et ensuite nous sommes partis pour Vinan del Mar.

Un endroit magnifique dont la visite a également été perturbée par le trafic. Nous sommes restés 5 minutes sur la plage, puis nous sommes allés au musée Fonck, où nous avons pu voir une des sculptures de l’île de Pâques. Nous ne sommes pas entrés dans le musée, nous avons juste pris une photo avec la sculpture. Après cela, le van nous a laissés à la gare routière et j’ai pris le bus pour retourner à Santiago.

Troisième jour : Cerro de Santa Lucia et Lastarria

On avait prévu d’aller dans plusieurs musées, mais ils étaient tous fermés. On a cherché sur les sites avant et ils ne disaient rien sur le fait de ne pas ouvrir la veille du Nouvel An.

On est allé à la Plaza de Armas et on a trouvé le Cerro de Santa Lucia ouvert. L’un des plus beaux endroits qu’on a visités, il vaut la peine de monter sur la tour pour avoir une belle vue sur la ville. Quand on a quitté le parc, on s’est promené dans le quartier de Lastarria, il y avait un marché d’antiquités qui a lieu le dimanche, on a mangé une glace à l’Emporio La Rosa et on s’est promené dans le quartier.

L’auberge avait une soirée de réveillon sur la terrasse et de là on a vu les feux d’artifice, ça a duré plus de 8 minutes.

Quatrième jour : Repos et marché de la ville

En raison du jour férié, on n’avait rien programmé à faire ce jour-là, mais on a apprit que le marché municipal était ouvert et on en a profité pour le savoir. On avoue qu’on a été déçu. Il est entouré d’étals de fruits de mer et du restaurant du centre. On y trouve deux ou trois stands de souvenirs, sans parler de la forte odeur de poisson.

Dehors, on a trouvé des vendeurs de fruits, où l’on peut trouver des cerises très bon marché.

Cinquième jour : Parque

Le matin, on est allé au parc Quinta Normal. On y a visité le musée national d’histoire naturelle, où l’on trouve des expositions sur l’origine de l’univers, les environnements géographiques des régions du Chili et les fossiles. On a également visité le musée des sciences et de la technologie, qui est malheureusement un peu abandonné, mais qui est très amusant. Il comporte plusieurs expériences d’astronomie, d’optique, d’électrostatique, de mécanique, de sons et de télécommunications. Le musée national est gratuit et le musée des sciences, j’ai payé environ 600 pesos. Comme j’avais réservé mon temps au Vinícola, je n’ai pas pu visiter les autres musées.

Le vignoble qu’on a choisi de visiter était Aquitania et je le recommande vivement. Vous devez faire une réservation par courriel et le personnel était extrêmement sympathique, tant par courriel que pendant la visite. La cave est magnifique, la visite est peu fréquentée et j’ai suivi le processus de près. À la fin, nous avons eu une dégustation sous les arbres.

En arrivant au vignoble, j’ai réalisé que le temple bahá’í se trouvait à proximité, j’en ai donc profité pour m’y rendre. On a appelé un Uber qui a donné plus ou moins R$ 17,00 reais. La vue de là-haut est magnifique et le sentiment de paix est incroyable. Pour rentrer il y a des voitures qui demandent quelques pesos et font le transfert, on a partagé avec d’autres touristes et à la porte du temple, on a pris le bus pour la station de métro. En arrivant à l’auberge, on en a profité pour aller dans la rue Paris-Londres (qui ne vaut pas le coup, c’est juste un coin), visiter la bibliothèque et aller au marché à côté du Cero de Santa Lucia.

Sixième jour : Cajón del Maipo

Pour ce circuit, on a engagé l’agence Indo pro Chile (partenaire de We in Chile), on a fait toutes les réservations par email ici au Brésil, on a payé un acompte et le reste le jour du circuit. C’est la visite la plus chère que j’ai faite, mais elle en valait chaque centime. L’endroit est incroyable, il faut y aller pour comprendre.

On est llé dîner au patio de Bella Vista, malheureusement je ne me souviens pas du nom du restaurant. On a pris un mojito, un risotto et une tarte au chocolat et tout était autour de R$80.00.

Septième jour : Retour

Comme notre vol était à 13 heures, il était temps de se lever, de prendre un petit-déjeuner et de se rendre à l’aéroport.

Plan du site